Côtes Rôties

Côtes Rôties

Historique

L’histoire nous apprend que la vigne est cultivée ici depuis les temps les plus reculés. Il y a 2000 ans déjà, les auteurs latins Martial, Pline l’Ancien, Columelle, le grec Plutarque, célébraient le vin de Côte-Rôtie sous le nom de  » vin viennois « . La constitution du vignoble représenta un travail formidable, qui s’est poursuivi pendant plus de vingt siècles. C’est au VIème siècle que nous retrouvons les premiers documents écrits précis concernant Ampuis et la Côte-Rôtie. Durant le Moyen-Age et la Renaissance, la réputation des vins d’Ampuis n’a fait que s’accroître. Avant la Révolution, on note des envois de vins vers les tables princières d’Angleterre, de Russie, de Prusse et bien sûr de France.
Le vignoble atteint son apogée en 1890 : les moindres replis de coteaux étaient cultivés, pourvu qu’ils fussent exposés au soleil. Quelques parcelles obligeaient les vignerons à porter leur vendange sur près d’un kilomètre, par des sentiers de chèvres particulièrement pénibles.
A cette époque, les attaques du phylloxéra et autres maladies n’entamèrent pas la volonté des vignerons ; mais, alors qu’ils avaient su maîtriser ces calamités, la grande guerre de 1914-1918 vint ruiner leurs efforts. En prenant plus de 150 hommes, elle condamna une partie des coteaux à l’abandon. Cette épreuve ne fut surmontée qu’à l’orée des années 60.
1953 vit la création du Syndicat Viticole d’Ampuis. Dans les années qui suivirent, celui-ci ne pouvant se résoudre à voir s’éteindre le prestigieux vignoble, prit avec la municipalité les décisions permettant la restructuration et la desserte de l’aire d’appellation.
Ces initiatives audacieuses permirent le renouveau de la Côte-Rôtie et encouragèrent de jeunes vignerons à continuer le travail de leurs aînés.

Les vins de Côte-Rôtie sont des vins à boire après vieillissement (2 à 3 ans de fûts) et qui n’atteignent leur plénitude qu’après plusieurs années de bouteilles : vin de longue garde (5 à 15 ans). Ce vin, d’un rouge profond possède des arômes très différents selon les terroirs : allant du parfum de violette à celui de la framboise, en passant par celui des épices tel le poivre. C’est un vin racé et structuré, tannique mais onctueux.

Gastronomie

La légende nous raconte qu’un riche seigneur d’Ampuis avait deux filles, belles à ravir. L’une était coiffée du jour et l’autre de la nuit. Chacune d’elle reçut en dot un coteau planté de vigne. Depuis ce temps, ceux-ci portent le nom de Côte Blonde et Côte Brune.
Le Côte-Rôtie, vin délicat, fin et bouqueté, accompagne admirablement bien les viandes rôties, les gibiers et les fromages. Sa température de dégustation est d’environ 15°C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *